Expulsés pour la troisième fois de la salle du conseil municipal de Mellé

Publié le par Isabelle BUAT

Nous avons été interpellés par plusieurs personnes à propos du compte-rendu du dernier conseil municipal dans lequel nous avons été directement mis en cause. Aussi c’est à regret que nous passons cet article dans « Vents et marées », afin de rectifier les propos de la commune dont nous sommes, encore une fois, la cible.

Après avoir entendu les promesses de nos élus, nous pensions que les mauvaises pratiques de l’ancienne municipalité n’étaient qu’un mauvais et triste souvenir.  Nous réalisons avec peine, que les choses n’ont pas changé : mensonges, acharnement sur certaines personnes, humiliation, dénigrement, discrimination…

Nous avons essayé d’assister aux trois derniers conseils municipaux. En vain, puisque chaque fois Monsieur Poste nous a demandé de demeurer dans les escaliers. Avec beaucoup d’humour, il nous y a même installé des chaises.

Qui accepterait de suivre une séance de conseil municipal dans de telles conditions, l’oreille collée au mur. Cette situation est humiliante et dégradante. Lors du dernier conseil, Monsieur Poste nous a, encore une fois, ordonné de nous asseoir dans la cage d’escaliers. Nous avons refusé et préféré partir d’autant que le conseil municipal venait de voter un huis clos.

Quelques jours plus tard, nous avons découvert dans le compte rendu de la séance de conseil, les phrases suivantes :

« A 19h46, deux personnes sont arrivées afin de suivre les débats. Monsieur le Maire les a invitées à s’asseoir sur les chaises mises à disposition du public mais elles ont refusé. Monsieur le Maire a insisté pour qu’elles s’installent car la séance était en cours. Face à leur refus constant M. Guérin Dominique a demandé le huis clos relayé par le Maire afin de respecter le bon déroulement de la séance et préserver l’ordre public. Ainsi le Conseil Municipal a décidé à l’unanimité et sans débat qu’ils se réuniraient à huis clos. »

En clair, la municipalité sous-entend que deux "excités" seraient venus au conseil municipal, que Monsieur le maire les aurait gentiment invités à s’asseoir et que, compte-tenu que ces deux huluberlus n’arrivaient pas à se calmer et « pour préserver l’ordre public », Monsieur Dominique Guérin et Monsieur le maire ont été obligés de demander le huis-clos !

Voici le film de notre arrivée dans la salle du conseil dans lequel on peut constater que, dès notre arrivée  Monsieur Poste nous expulse pour nous demander de nous installer dans la cage d’escalier. La prochaine fois, ce sera peut-être dans les toilettes !

C’est ainsi que, non seulement on nous expulse des séances publiques du conseil municipal, mais, en plus, on nous fait passer pour des cinglés dans le compte-rendu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Des conseillers qui metttent sur le palier des chaises pour que des personnes écoute aux porte ! On tombe sur la tête. Ils ne savent pas que ses pas bien d écouté aux portes ? Tel est la question?
Répondre
M
Je suis étonné que les cinq derniers conseillers élus ne se posent pas plus de questions que cela .
La fonction de maire n'est pas celle d'un régent, et dans une société qui se dit démocratique, et que la réglementation sanitaire du moment est appliquée, le savoir vivre est de mise.
Au cas où la salle de conseil serait trop petite, il suffit de retourner à la salle "des fêtes", comme cela a été le cas pendant un moment. Ce qui me semblerait logique le temps des restrictions en cours.

Le maire et conseillers sont responsables de leur commune, mais elle ne leur appartient pas !
Ils la partagent avec tous les habitants (électeurs ou non) et de ce fait, la moindre des politesses est de mettre tout le monde au même niveau.
Répondre