L'éducation des enfants, c'est l'affaire de tous

Publié le par Isabelle BUAT

L'éducation des enfants, c'est l'affaire de tous

Les services de l’éducation nationale ont refusé l’inscription d’un élève au collège de Roquebleue « faute de place ».

Voici l’article paru sur la chronique de ce Jeudi 8 Septembre 2016 :

 

L'éducation des enfants, c'est l'affaire de tous

Un collège public doit accueillir TOUS LES ELEVES, IL NE PEUT PAS MANQUER DE PLACE, l’Education Nationale n’a d’autres choix que d’accepter TOUS les élèves et d’assurer leur accueil avec le nombre de classes nécessaire dans les établissements publics de leur secteur géographique.

L’article L141-1 du code de l’éducation rappelle :

« Comme il est dit au treizième alinéa du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 confirmé par celui de la Constitution du 4 octobre 1958, " la Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation et à la culture ; l'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat ". »

L'égalité d'accès à l’éducation est garanti par l’article 26 de la déclaration universelle des droits de l’homme ratifiée par la France le 10 Décembre 1948.

A travers cette décision, l’état refuse l’accès à l’enseignement public, gratuit et laïque à l’un de ses enfants. Cet élève se trouve ainsi discriminé et privé d’un droit fondamental.

L'éducation des enfants, c'est l'affaire de tous

Alors que notre démocratie est de plus en plus menacée (un français sur deux se détourne des partis politiques traditionnels et se dirige vers l’abstention et le vote extrême) comment ne pas s’effrayer quand l’état, au travers de la décision de l’un de ses représentants, refuse de remplir l’une de ses fonctions régaliennes en violation de la constitution et des droits de l’homme ?

La perte des valeurs fondamentales de la république est à l’origine du sentiment de rejet d’une grande partie de la population.

J’entends d’ici les gens qui vont dire : « si c’était l’enfant d’untel, t’inquiète pas qu’ils l’auraient pris… ». Ce sentiment de discrimination est à l’origine de la perte des valeurs de notre jeunesse et fabrique des proies faciles pour les intégristes de tous poils.

Notre système éducatif était, il n’y a pas si longtemps, l’un des meilleurs du monde. Aujourd’hui, il n’assure plus l’égalité des chances. Ne le laissons pas se dégrader davantage !

« Pour réhabiliter la politique, l’état et les élus dans le regard des Français, aucun abus ne doit être accepté et il faut rendre transparente notre vie publique et politique ».

Il y a quelques années, le collège public de Roquebleue était menacé de fermeture, son nombre d’élèves s’approchant de la barre fatidique des 100 élèves. Aujourd’hui, même s’il peine à trouver de nouveaux élèves, sa situation s’est redressée et il compte de 150  à 160 élèves.

Cependant, la situation reste fragile et, refuser un élève, c’est augmenter les difficultés de notre collège.

Notre canton de Louvigné du désert connait déjà de grosses difficultés : forte déprise démographique, désert médical …

Que se passerait-il si, en plus, notre collège public fermait ses portes ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

josette 07/10/2016 23:39

bravo encore une fois pour tes bons conseils ISABELLE , mais qui vas encore ouvrir ses grandes louches pour qu ils arrivent a comprendrent il y en as beaucoup mais que c est mal rangés chez certain le souk bravo a toi

Du courage politique... 13/09/2016 20:33

Les élus n'avaient-ils pas la possibilité d’empêcher cette situation en alertant le représentant de l’Etat (Sous-Préfet, Préfet) afin qu’ils fassent appliquer la loi ? En l’absence de réaction des services de l’Etat, n'auraient-ils pas pu faire un référé auprès du Tribunal Administratif ?

Ce territoire est décidément bien particulier. La réaction indignée de Monsieur PAUTREL est le moindre que l'on puisse attendre de notre Conseiller Départemental; collectivité, faut-il le rappeler an charge de la gestion des collèges !

Une indignation qui masque surtout, et une fois de plus l'incapacité des élus du canton à faire émerger un projet d'avenir concerté et global, incapables de porter un projet de développement social local.

La situation délicate du collège de Roquebleue est bien connue des habitants du canton et ceci depuis des dizaines d'années maintenant. le collège aurait du faire depuis longtemps l'objet d'une mobilisation sans faille de tous les élus du canton. Au lieu de cela nos élus préfèrent pour la plupart concentrer leur énergie sur leurs petites histoire de clochers !

Le XXIème est pourtant bien engagé mais nous sommes condamnés par l'absence de courage politique de certains et la bêtise d'autres à rester coincés au milieu du XXème ! Vous avez dit "attractivité" du territoire ? Quelle rigolade !