Quand l'impression l'emporte sur la réalité...

Publié le par Isabelle BUAT

Voici un extrait du conseil municipal du 12 avril 2016: Je fais remarquer qu'il n'y a pas eu de vote lors de la première délibération.

Revenons donc au conseil du 22 février 2016, pour vérifier s'il y a eu ou non, un vote pour cette délibération.

Nous pouvons tous constater qu'aucun vote n'a eu lieu. La mairesse s'est contentée de demander si c'était voté puis elle a annoncé les résultats.

Revenons à la suite du conseil du 12 Avril ...

La situation est poutant simple, il existe une vidéo qui permet de vérifier mes propos. A partir de ce constat, la seule option possible et honnête est de se référer à cette preuve incontestable.

Au lieu de celà, Madame Tylek demande aux conseillers s'ils ont eu l'impression de voter! 

A Mellé, pour voter, il suffit d'en avoir l'impression. C'est presque subliminal!

La secrétaire de séance qui, visiblement, n'a même pas pris la peine de visualiser la vidéo, confirme l'existence du vote.

Monsieur Dominique Guérin se souvient même que ce jour là, j'ai voté "contre"!

La mairesse est vraiment très persuasive! Elle leur ferait avaler n'importe quoi!

Tous les conseillers ont tellement confiance, qu'aucun d'entre eux n'a pris la peine de visionner le film du conseil pour vérifier.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isabelle Buat 04/05/2016 12:39

En réponse au commentaire signé par "une melléenne qui est fière de ses élus", je choisis de ne pas afficher ce dernier sur le blog. En effet, il s'agit d'un règlement de compte personnel sans rapport avec le contenu de l'article ou l'objet de ce blog.Je vous invite à adresser vos remarques directement à la personne concernée. Responsable du contenu des textes qui sont publiés, je suis tenue à une certaine déontologie et obligation de réserve. Je ne peux donc m’immiscer dans les conflits personnels.

Patrick DAUGUET 03/05/2016 11:20

Une élue signale que le résultat du vote d’une délibération reporté sur le procès-verbal est erroné, puisse qu’en fait, il n’a été procédé à aucun vote. L’élue fait d’ailleurs mention de l’enregistrement de la séance du conseil, disponible sur ce blog, qui permet à tous de vérifier l’exact déroulement des séances de conseils municipaux et n’a d’autres buts que d’éviter ce genre de qui propos.
Au lieu de se référer à cette preuve indiscutable, la mairesse fait appel à « l’impression » des conseillers. Madame Nelly TALVA, secrétaire de séance, défaillante dans la rédaction du procès-verbal et qui n’a pas pris la peine de visualiser l’enregistrement, confirme, par erreur, l’existence d’un vote qui n’a jamais eu lieu !
Ensuite, la mairesse en fait des « tonnes », elle parle de « manipulation » des conseillers absents, elle dénigre l’élue qui fait la remarque en disant « entre ce que vous croyez … ». Elle veut faire la balance entre les « croyances » de Madame BUAT et « l’impression » des autres conseillers. La mairesse est toujours dans la suggestion et les sous-entendus, jamais dans les faits, jamais dans le concret.
Aucun des conseillers présents n’ose ouvrir la bouche pour exprimer son avis, certains même ricanent quand l’enregistrement est évoqué.
L’enregistrement des débats, qui, grâce aux progrès technologiques, est en train de se généraliser, le plus souvent à l’initiative des municipalités, est pourtant un outil précieux dans l’exercice de la démocratie. Il permet d’éviter les contentieux et, compte-tenu du climat délétère créé et entretenu par la mairesse, il est « indispensable » dans les séances du conseil municipal de Mellé.
Grâce à l’enregistrement de la séance du 23 Juin 2015, nous savons que la délibération n°2015.10.72 autorisant la mairesse à signer l’acte de vente de la Beurrière ne l’a autorisée qu’à céder deux chemins ruraux.
L’enregistrement du 7 Juillet 2015 a permis à Madame BUAT de se disculper de l’accusation « d’outrage aux services de l’état » pour des propos qui avaient, en fait, été tenus par la secrétaire de Mairie. Nul doute que cette machination n’avait pour but que d’obtenir l’inéligibilité de Madame BUAT. Ce même enregistrement nous permet de savoir que la délibération n°2015.10.75 ne concerne que l’autorisation d’un changement de numérotation de parcelles et non l’ajout à titre gracieux de 3016 m² pour la vente de la Beurrière.
Comme on le voit, ces enregistrements sont donc un outil important mis à la disposition des élus dans l’exercice de leur mandat et indispensable au bon fonctionnement de la démocratie locale.
Certains diront que ce ne sont que des détails et que, de toutes manières, cette délibération aurait été votée. Un conseiller parlait même de « virgules mal placées ». Certes !
Il semble cependant important, pour l’exercice de la démocratie, que les mentions rapportées sur les procès-verbaux des séances de conseils municipaux respectent le plus scrupuleusement possible le déroulement des séances et le résultat des votes. C’est d’ailleurs l’exigence de la loi !